Partagez | 
 

 ↳ blizzard.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Andreas Kelley
⟨ CAT IN THE BOX ⟩
⟩ messages : 65
⟩ depuis le : 20/08/2017
⟩ avatar : styles le magnifique.
⟩ crédits : hook me up.

⟩ âge : t'as tout juste vingt ans, t'es pas vieux, t'es même un gamin qu'ils disent, certains. toi, tu les emmerdes, eux et leur façon d'penser, eux qui s'plaignent tellement que quand ils replongent la tête dans leur verre d'champagne, il bulle plus parc'qu'ils ont passé la soirée à baver sur tout c'qui leur passait.
⟩ ville : tu vis à new york, the big apple. t'es pas dans les quartiers d'merde toi, non. toi t'es à manhattan mais t'as aussi une baraque au bord d'la mer, à los angeles mais là-bas, t'y es pas souvent. c'est plutôt atlanta qui t'tente en ce moment, parc'que tu voudrais bien t'y perdre encore et encore dans son putain d'regard océan.
⟩ profession : t'es d'ceux qui font naitre des sourires, qui font évanouir toutes les filles, qui les font pleurer et qui font palpiter leurs cœurs adolescents. tu joues d'ta voix, tu joues des cordes d'ta guitare et faut croire que ça t'a aidé à percer puisqu't'es devenu un des chanteurs les plus en vogues aux états-unis en c'moment.
⟩ sac à dos : ticket vacances toutes destinations (4/4).
⟩ dollars us : 156
http://traintonight.forumactif.com/t68-blizzard http://internetcommunity.forumactif.com/

Message

ANDREAS ERWAN KELLEY

Pour rester soi-même dans un monde qui s’évertue jour et nuit à vous rendre comme n’importe qui, il faut gagner la plus rude bataille qu’un humain puisse livrer, et cette bataille n’a pas de fin.

ÂGE ⟩ t'as soufflé vingt bougies, l'quatorze du mois dernier.
LIEU DE NAISSANCE ⟩ t'es né à londres, andreas, en angleterre évidemment.
ORIGINES ⟩ t'es un pur british, rien d'américain dans tes veines.
CLASSE SOCIALE ⟩ t'es plein aux as, faut dire qu'd'avoir un père multimillionnaire à la tête de plusieurs sociétés dont les noms sont sur les lèvres du monsieur tout le monde du monde entier, ça aide pas mal.
EMPLOI/OCCUPATION ⟩ ton père espère qu'tu prennes sa suite, qu'tu passes à la tête des sociétés mais toi, tu rêves d'percer pour ta voix, pour ton talent musical, c'est c'qui se passe. t'es d'ceux qui font naitre des sourires, qui font évanouir toutes les filles, qui les font pleurer et qui font palpiter leurs cœurs adolescents. tu joues d'ta voix, tu joues des cordes d'ta guitare et faut croire que ça t'a aidé à percer puisqu't'es devenu un des chanteurs les plus en vogues aux états-unis en c'moment, ton album n°1 dans les charts, qui commence à percer en europe doucement mais sûrement.
ORIENTATION SEXUELLE ⟩ t'as toujours cru que t'étais hétéro, pur hétéro, sauf qu'y a eu lui et ses yeux bleus, le soir où tu t'produisais à atlanta, y'a eu lui et ses yeux bleus océans qui sont ancrés dans ton cerveau et qui remettent toute ton existence en question.
STATUT CIVIL ⟩ t'es en couple. mais t'es pas amoureux d'elle, tu sais pas en fait si t'es amoureux d'elle. tu sais pas, tu sais plus. parc'qu'y a que lui qui fait s'accélérer les battements d'ton palpitant et que ça t'effraie comme jamais t'as eu peur dans ta vie.
Où habites-tu ? C'est bien là bas ou tu en partirais à la première occasion ? t'es un new-yorkais, andreas. c'est ici que vous avez emménagé alors que t'avais pas encore deux ans, c'est ici que t'as emménagé et qu't'a toujours vécu. c'est ta maison, tu connais manhattan comme personne, t'en connais tous les recoins. pourtant, ces derniers temps, tu t'surprendrais à sauter dans le premier train en direction d'atlanta.

Si on te donne rendez-vous dans dix ans, tu risques d'oublier ou tu viens coûte que coûte ? ça dépend d'l'importance d'la personne, andreas, parc'que faut qu'tu tiennes à la personne pour ramener ta gueule dans dix ans, pour t'rappeler que vous avez un rendez-vous. faut s'appeler roméo et avoir son prénom qui tourne en boucle dans ta tête.

Une ancienne connaissance t'appelle, comment réagis-tu ? tu sais pas trop. t'es pas d'ceux qui courent après les gens, t'es d'ceux après qui on court en espérant qu'ils vont s'retourner et nous donner un minimum d'importance. t'es d'ceux qui toisent le monde, ces petits fils de pute qui pensent avoir tout vu du haut de leurs vingt piges mais qui ont, en réalité, aucune connaissance de c'que c'est, la vie. alors, si une ancienne connaissance t'appelle, demain, tu lui répondras pas. ou tu lui cracheras à la gueule qu'tu veux pas l'entendre, qu'tu veux pu en entendre parler. parc'que s'ils sortent de ta vie, c'est qu'y a une raison, c'est pas anodin.

Tu es plutôt du genre à garder contact malgré la distance ou à couper les ponts ? encore une fois, ça dépend d'qui on parle, ça dépend qui. parc'que la distance, c'est l'genre de truc qui t'a toujours fait flipper, pourtant ta copine elle habite à des kilomètres de toi, des milliers d'kilomètres. mais faut pas s'leurrer que la fidélité, c'pas ton truc. vous êtes ensemble pour les projos, pour faire joli, pour la déco, enfin, fut un temps où ton coeur battait fort pour elle mais t'es perdu, ces derniers temps. alors que si ça tenait qu'à toi, elle aurait dégagé depuis un moment. tu coupes les ponts, si t'estime que la relation a pas de sens, parc'que c'est dur de trouver un sens aux choses quand on s'appelle andreas kelley et qu'on est né avec une cuillère en argent dans la bouche.

Et, côté caractère, comment es-tu ? t'es pas un cadeau, toi. t'es loin d'en être un. tes parents, ils ont tout fait pour t'mettre des valeurs en tête, pour que tu sois quelqu'un de bien. quelqu'un qui a du cœur. et t'en a eu, toi, du cœur. longtemps, un moment. sauf que t'as vite compris les règles du jeu, t'as vite compris qu'ça suffisait pas d'être gentil pour faire partie des grands, à manhattan. c'est là qu'ça a vrillé, qu't'es devenu celui qu't'es, que t'as forgé ta carapace. fini, andreas qui sort des blagues marrantes, qui sourit à tout va, plein d'joie d'vivre, d'bonnes intentions. t'as changé du jour au lendemain tout en restant le même avec tes proches. t'es devenu froid, cassant. presque méchant. t'es pas celui qui fait ami-ami avec tout l'monde, t'es pas l'mec gentil qui éprouve de la pitié pour les autres. t'es d'ceux qui crachent sur les faibles, qui les fusille du regard pour s'foutre de leur gueule. t'es un sacré connard, t'es p't'être le pire des connards d'manhattan réunis. pourtant, quand lui t'parle, c'est pas pareil. parc'qu'avec lui t'as l'impression que tu peux être toi-même, que t'as pas de rôle à jouer. que tu peux rire, sourire d'toutes tes dents et qu'il t'jugera pas. t'as du mal à accorder ta confiance, t'as trop été entouré d'mauvaises personnes qui en voulaient qu'à ton argent. qui s'en foutaient, d'andreas l'gentil garçon bien élevé. t'essaies d'être ceux qu'on atteint pas par des paroles, pourtant les paroles c'est c'qui t'a conduit à être celui que t'es aujourd'hui. parc'que parfois - souvent -, tard, l'soir, il craque, andreas l'dur. il craque, il devient andreas l'fragile. et qu'parfois l'seul refuge que tu trouves à tout ça, c'est l'alcool, la drogue. les deux. t'es pas fort malgré c'que t'essaies d'te faire croire. mais tu t'bats pour l'être.

La vie ne nous doit rien, au contraire même je crois que c’est nous qui avons un devoir envers le monde.
maman. t'es pas le genre de gosse à plaindre, toi. t'es né dans une bonne famille, 'fin en tout cas, t'as jamais manqué d'rien. maman, elle t'a attendu. faut dire que t'es son seul enfant, à maman, après de nombreuses fausses couches. t'es son miracle, parait même qu'elle a pleuré d'joie quand elle a su qu'elle était enceinte et qu'il a fallu attendre l'échographie où elle a su qu't'étais un garçon pour qu'elle réalise enfin qu'c'était vrai. t'as été attendu, choyé dès ta naissance par une maman trop présente, toujours présente. une maman qui a pansé les blessures des premiers pas échoués, des premières chutes, qui a pansé les premières peines de cœur. sauf que maman, elle s'est tirée du jour au lendemain quand ils ont divorcé, tes parents. elle a disparu, elle t'a pas prévenu, pas attendu. rien. pas une lettre, pas un sms, pas d'appel. elle est partie, elle a claqué la porte quand t'étais en cours et tu l'as plus jamais revue. ta maman, c'est celle qui t'a appris des choses, qui t'a appris l'respect, qui t'a appris à être quelqu'un de bien et tu t'doutes bien que où qu'elle soit actuellement, elle est pas fière de qui t'es devenu, mais tu t'en branles toi, andreas, parc'que maman, elle avait qu'à rester. elle avait pas le droit de t'abandonner, elle avait pas le droit d'partir comme ça sans rien dire. c'est pas juste !

la musique. papa, il t'a jamais dit clairement dit qu'il voulait que tu reprennes la suite, que tu passes à la tête des entreprises. mais ça a toujours sonné comme un sous-entendu dans sa voix. tu l'sais qu'il a toujours rêvé qu'tu le fasses, sauf que c'est pas ton truc, à toi, d'être derrière un bureau. tu veux pas être derrière un bureau, tu veux bouger, être sur scène, sous l'feu des projecteurs. t'as toujours rêvé d'ça, andreas, c'est comme ça que t'as commencé à poster des covers sur youtube pour finir par être repéré. faut dire que quand on s'appelle kelley et qu'on poste des vidéos sur youtube en filmant sur la terrasse du duplex de papa, ça aide. parc'que ton père, il connait tous les grands noms, que ce soit à new york comme ailleurs. la machine s'est emballée, il y a quelques années déjà. si ta carrière a mis du temps à décoller, tes derniers singles en date ont rencontré un franc succès. tu peux plus marcher dans la rue sans qu'on t'reconnaisse, qu'on vienne t'aborder, qu'on t'courre après. t'as l'air d'un con, maintenant, parc'que tu peux te déplacer qu'avec ton staff. remarque, faut dire que ces derniers temps, tu sors qu'pour aller en soirée, pour aller en studio ou sur scène. elle s'rythme à ça, ta vie dernièrement. sortir, chanter, dormir. pis au milieu, y'a stella, mais stella, on en parlera plus tard.

le journal. t'as commencé à tenir un journal quand maman est partie. parc'que ça reste un fort traumatisme pour toi, malgré ton âge, malgré qu'ce soit arrivé à quinze piges passés. parc'que ta maman, c'est la seule personne qui était là, réellement, pour toi. c'est la seule qui te soutenait pour de vrai, qui était à tes côtés. parc'que papa, tu les comptes sur l'bout des doigts, l'nombre de fois que tu le vois sur un mois. alors, quand t'étais pas bien après l'départ d'maman et que papa t'a envoyé voir un psy, qu't'as pas voulu, le psy le seul conseil qu'il t'a donné ? écrire pour extérioriser ta peine, écrire au lieu d'te faire du mal. écrire au lieu de te détruire. mais ils ignorent tous, que ça continue même des années après. autodestruction malsaine, consommation excessive en soirée. alors, t'écris. tu passes tes nuits à écrire parfois, et ça arrive de plus en plus fréquemment. parc'que ces derniers temps, y'a un doute en toi. l'doute de pas savoir où tu vas, si tu fais les choses biens. d't'excuser auprès d'maman d'une façon ou d'une autre parc'que t'es plus le garçon qu'elle a éduqué si bien, si respectueux. parc'que ces derniers temps, avec stella, c'est plus pareil, y'a roméo et ses yeux bleus qui te hantent, qui sont dans ta tête. c'est pas bien, mais c'est comme ça. et ça aussi, t'éprouve le besoin d'le coucher sur du papier.

bordel sentimental. t'as rencontré stella quand t'avais dix-huit ans. ça a tout d'suite été l'amour fou, l'coup de foudre comme ils disent. tu l'as rencontrée sur une plage, alors que tu passais l'été dans la maison d'ton père sur la côte californienne. ça a collé, d'véritables aimants. véritables sentiments ou simples attachements ? t'as jamais réussi à savoir, réellement, andreas. parc'qu'à c'moment-là, ta carrière a commencé à décoller aussi, peu à peu, au fil du temps et elle, avec ses rêves de mannequinat, qui t'colle un peu plus à la peau, qui s'défait pas de toi. qui s'joint à toi sur les tapis rouges, qui sourirait presque d'toutes ses dents quand les paparazzis vous collent au cul. voilà un moment qu'tu te demandes si elle est là pour toi ou pour la gloire des tabloïds que lui offre l'privilège d'être ta copine. voilà un moment qu'c'est plus pareil, que tu t'sens emmerdé à l'idée d'la voir, qu'tu rêves d'la dégager mais elle revient, elle revient et elle t'entraîne avec elle sous les draps et là, tu sais qu'c'est foutu.
pourtant, dernièrement, y'a eu roméo, roméo tu l'as rencontré un peu par hasard. au début il a rit parc'qu'il pensait pas que t'étais vraiment andreas kelley, il a cru qu't'étais un sosie ou une connerie du genre. puis il a fini par s'rendre compte que c'était bel et bien ça, mais avec lui, tu sens que c'est sincère, tu sens qu'y a un truc, parce que t'as son nom qui fait accélérer ton cœur, sa voix qui déclenche des papillons dans ton bide. mais t'es perdu, perturbé, alors tu fais l'grand. toi, ça t'atteint pas. c'est c'que tu veux faire croire. mais tu rêves que d'une chose. prendre l'premier avion, un sac avec des fringues chiffonnées fourrées en boule à la va-vite et d'aller à atlanta, d'voir son putain de sourire pour de vrai, ses yeux qui pétillent qui illuminent un peu plus ta journée. tu veux le voir, dois le voir.



PSEUDO ⟩ retrieval.
PAYS ⟩ france.
PERSONNAGE ⟩ inventé.
GROUPE ⟩ airport center.



Code:
<pris>harry styles ⟩</pris> andreas kelley


Dim 20 Aoû - 15:42
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
↳ blizzard.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
♛ LAST TRAIN TONIGHT :: 
BIENVENUE SUR
LAST TRAIN TONIGHT
 :: ⟩⟩ MY NAME IS NEWBIE :: ⟩⟩ FICHES VALIDÉES
-
Sauter vers:  
NAVIGATION
⟨ SE BALADER ⟩

⟩ NOTRE FICHE
⟩ ANNONCES DE RPS
⟩ ARCHIVER UN SUJET
⟩ ALLER AU FLOOD
⟩ DÉPENSER SES $
⟩ FOIRE AUX QUESTIONS
MEMBRES
⟨ DU MOIS ⟩


PARTENAIRES
⟨ NOS COPAINS ⟩


⟩ voir la pub bazzart
SCÉNARIOS
⟨ on les attend ⟩




⟩ voir les autres scénarios